Le premier Congrès national (le samedi)




Le premier Congrès National 

(le samedi)  


(Page 12) 

Le premier Congrès National 

(18 et 19 avril 1925) 

Ce fut un Congrès jeune et ouvrier … 

Ce fut un Congrès où l'on travailla … 

Ce fut un Congrès où ne parlèrent que de jeunes travailleurs et les prêtres qui ont toute leur confiance et leur affection… 

Qui dira la franchise, la crânerie, la simplicité qui marquèrent tous les rapports, toutes les discussions ? 

Ah ! l'on nous avait dit : Vos Jocistes n'oseront pas ouvrir la bouche… " ; ils ont discuté, ils ont donné leur avis et, quand ils ratifiaient un accord, un contrat ou une modification, je vous assure qu'ils savaient ce qu'ils faisaient. 

On nous avait dit : " Vous n'aurez pas cinquante présents … " ; le samedi soir, nous étions cent nonante venus de partout …, presque tous jeunes ouvriers manuels. On nous avait dit bien d'autres choses pour nous refroidir ...mais nous avons cru …, cru non pas comme saint Thomas, mais nous avons cru sans voir, nous avons eu une foi de béton, et le Congrès nous a donné raison. 

Ah ! cher premier Congrès de notre J.O.C. ! … Qu'il faudrait être éloquent pour redire l'accent irrésistible de certaines phrases jaillies neuves et (Page 13) nues du cœur de tes orateurs, l'intérêt passionné penchant tes centaines de visages vers la tribune, la beauté sincère de tes ovations de jeunes clamant leur fierté, leurs joies, leurs volontés, leurs serments. 

Parfois, on aurait pu croire que la flamme que notre mouvement a allumée dans le cœur de nos camarades allait agoniser et mourir, que les rêves d'amour et de justice qu'il a fait lever devant eux allaient s'estomper et s'évanouir, que les mots d'Evangile qu'il a lancés comme devise allaient cesser d'être écoutés … Maintenant, que personne ne doute encore. Notre Congrès a vu notre première phalange de pionniers ; il a découvert les richesses de courage, d'endurance, de christianisme, contenues dans les âmes de ces jeunes ouvriers de nos corons et de nos ruelles ouvrières de Wallonie. 

Cher premier Congrès de notre J.O.C. … tu vis dans nos cœurs. Plus d'un d'entre nous s'est donné totalement au Christ dans cette salle, plus d'un s'est avancé plus résolument vers Lui.. et, tous, nous avons juré de vivre à la chrétienne, pour n'avoir pas à rougir de notre insigne devant les railleries des autres ou devant nous-mêmes… 

Cher premier Congrès de notre J.O.C.. tu as marqué l'étape première ; regarde-nous : déjà dans nos ateliers, dans nos charbonnages, dans nos bureaux, nous continuons le labeur commencé. 



LE SAMEDI 18 AVRIL. 

Près de 150 délégués se trouvaient déjà à la chapelle Saint-Paul de la Centrale Chrétienne du Travail, lorsqu'à 17h15 M. l'abbé Cardijn, après avoir exposé le Saint Sacrement, entonna le Veni Creator. (Page 14) 

Après un Tantum Ergo virilement scandé, toutes les têtes s'inclinèrent devant Jésus-Hostie en lui demandant de bénir tout notre Congrès.

Comments