Pèlerinage international à Rome 1957



Ce document, dont l'original provient des Archives de la JOC Internationale, n'inclut pas la signature de Cardijn, Cependant, tenant compte du style et les références aux pèlerinages antérieures, je crois qu'il est quasi-certain qu'il s'agit d'un document rédigé par Cardijn lui-même. - Editeur


J.O.C. INTERNATIONALE

Pèlerinage international à Rome en 1957



I. Sens du pèlerinage.


« Rencontre internationale de J.T. aux pieds du Chef suprême de l’Eglise. »

Nous pouvons y voir deux aspects assez distincts ayant tous deux leur importance pour les J.T. du monde, pour les pèlerins et pour toute la J .O. C.

1. -- une rencontre internationale de J.T.

Cette rencontre marquera une nouvelle étape dans la vie de la J.O.C internationale et dans la formation internationale des J.T.

Par toute la préparation et par la réalisation du pèlerinage, un nombre maximum de J.T. -- et non seulement de dirigeants jocistes -- sera appelé à vivre concrètement la vie de la J.T. et de la J.O.C. internationales.

C'est là une nécessité pour des J.T. de pouvoir périodiquement réaliser concrètement dans leur vie le caractère international des problèmes de la Jeunesse Ouvrière et de la solution jociste à y apporter.

Dans toute la préparation et la réalisation du pèlerinage il s’agira donc de tenir compte de cette possibilité irremplaçable d'éducation internationale des J.T.

Par ex.: -- découverte des problèmes des J .T. du monde.

-- découverte plus poussée de la JOC dans les différents pays.

-- sacrifices financiers permettant le voyage d'un délégué étranger.

-- prières, offrandes à l’intention des J.T. de tel ou tel pays.

-- occasions de correspondance entre pèlerins en préparation de Rome.

-- contacts amicaux et réunion commune à Rome lors du pèlerinage.

-- etc...


2. pèlerinage de jeunes travailleurs... aux pieds du Chef Suprême de l'Eglise.

Cette rencontre serait aussi et (surtout)

-- une expression de foi des J.T.

Dans la préparation comme dans la réalisation ce doit être véritablement une « Marche des J.T. vers Dieu » c’est à dire une occasion exceptionnelle de découverte et d'approfondissement religieux.

Un réel progrès doit pouvoir se manifester par une vie chrétienne plus authentique, une vie religieuse plus intense des J.T., des jocistes et de tout le mouvement.

b/ une preuve d’attachement et de fidélité à l’Eglise que représente son Chef suprême à Rome.

Pour la JOC, mouvement d’Eglise, cette démarche veut être un hommage de fidélité et d’attachement au Saint Père, chef de l’Eglise du Christ sur la terre.

Pour chaque J.T. du monde, toute la préparation et la démarche finale à Rome seront une occasion exceptionnelle de découverte du sens de l’Eglise universelle et -- par là même -- du sens de « l'Eglise sur place  » dans chaque diocèse et dans chaque paroisse.

Ce sera par le fait même une occasion de collaboration plus intime encore entre la J.O.C. d’une part et l’Eglise d'autre part tant au stade universel que diocésain et paroissial.


c/ une démarche de jeunes travailleurs  « délégués »  

Plus qu’un symbole, cette rencontre doit être réellement une démarche des J.T. du monde entier qui reviennent à l’Eglise. En leur nom à tous, les milliers de  « délégués  »  apporteront aux pieds du S. Père les aspirations de la jeunesse travailleuse et leur désir de collaborer à l’édification de la cité de Dieu dans le temps et dans l’éternité.


Chaque participant apporterait à Rome

-- les soucis des J.T. de son pays, de sa région :

c’est dans ce sens que chacun des délégués, pendant les mois de préparation fera un effort tout particulier pour réaliser avec les J.T. dont il est responsable, l'enquête sur la situation religieuse des J.T dans le monde.

-- les efforts des J.T. pour apporter en eux et autour d’eux plus de Justice et de Charité chrétienne.

Les mois de préparation pourraient efficacement servir à établir dans chaque région -- chaque section ou pour chaque délégué -- un  « Livre d’or  » reprenant l'action des jeunes travailleurs. Ce  « Livre d’or  » remis à Rome serait la preuve de la volonté inébranlable de la J.T. de bâtir un monde nouveau plus humain et plus chrétien.


d/ un pèlerinage

La démarche des jocistes à Rome serait enfin un véritable « pèlerinage » avec tout ce que ce terme comporte de prières et de sacrifices pendant les mois de préparation, durant le trajet et les journées passées à Rome.

Ce pèlerinage aux sources mêmes de la chrétienté à travers les âges jusqu’à nos jours, les délégués l’offriront

+ aux intentions des J.T. qu’ils représentent.

+ pour les plus malheureux d’entre les J.T. : ceux des pays économiquement sous-développés, ceux des pays avec qui nous ne pouvons prendre libre contact.

+ mais aussi à toutes les intentions particulières du St Père et de toute l’Eglise universelle.


II. Organisation

a/ Responsabilités


1. Ce pèlerinage international serait en fait placé sous l’entière responsabilité des JOC nationales tant pour la préparation que pour la réalisation.

Chaque pays participant aura donc en charge le programme et toute l'organisation de son propre pèlerinage national d'après ses besoins et ses possibilités propres.

2. Une seule journée « La Journée de la JOC internationale à Rome » serait commune aux délégués de tous les pays du monde et sous la responsabilité directe du Bureau International.

Comme déjà annoncé, cette journée comprendrait

la matinée -- Ste Messe à St Pierre et audience du St Père.

la soirée : -- manifestation jociste internationale suivie -- (ou précédée) de veillées de prières dans différentes églises.

Les J.O.C. nationales auront donc à tenir compte de cette journée pour l'établissement de leur programme.

3. Une « commission internationale » du pèlerinage fonctionnera dès le 1er septembre 1955 en coordination avec le Bureau et le Secrétariat International.

Cette commission coordonnera l’activité préparatoire des différentes JOC nationales

par exemple : -- liaison avec un centre d'accueil et d'information à créer à Rome.

-- l’obtention des logements à Rome

-- accords pour les visites à Rome

-- transmission dans les différents pays, des informations relatives au pèlerinage.

Les JOC nationales se mettront donc en rapport avec cette commission pour tout ce qui concerne les aspects techniques de leur pèlerinage.


b/ Date

En raison

- d’une part du climat romain

- d’autre part surtout de la proximité du Congrès Mondial de l’Apostolat des Laïcs (ce Congrès peut faciliter dans une très large mesure le voyage de nombreux délégués extra-européens)

le pèlerinage aurait lieu dans les semaines précédant le Congrès de 1'Apostolat des laïcs soit fin septembre - début octobre.

c/ Participation

Comme déjà annoncé, participeront au Congrès des jocistes « délégués » de leurs camarades jeunes travailleurs.

Bien des variations autour du terme « délégués » devront certainement être admises selon les régions et les continents..

Pour les délégués européens il semble nécessaire de respecter les quelques indications ci-après

-- les participants doivent être âgés de 17 ans minimum au moment du pèlerinage.

-- ils doivent être réellement engagés dans le mouvement (militants ou tout au moins « jocistes actifs »

Il est souhaité une participation minimum de 20.000 pèlerins représentant toutes les JOC nationales de tous les continents.

Pour ce qui est de la participation européenne, voici quelques estimations (JOC + JOCF)

Allemagne 1.000
Angleterre 1.000
Autriche 1.000
Belgique 6.000
Espagne 2.000
France 6.000
Pays-Bas 3.000
Portugal 2.000
Suisse 500
-------
Total 22.500

=====

Rien n'empêche cependant ces pays comme tous les autres d'atteindre les chiffres maxima selon le plan qu'ils se fixeront. Pour les autres continents il est difficile d'établir des estimations avant que ces pays aient fait part de leurs projets.


III. Préparation du pèlerinage au plan national.

Il est vain d'attirer l'attention sur 1'importance de cette préparation. C'est de la préparation que dépendra la valeur apostolique et éducative mais aussi l'efficacité de notre pèlerinage,

Il ne sera pas de trop des deux années qui nous séparent encore du jour « J » pour lancer efficacement le pèlerinage parmi nos membres et par eux jusqu'aux jeunes travailleurs;

1. Préparation personnelle des J.T., des délégués à l’intérieur du pays.

— Préparation doctrinale :


dès maintenant, pur tous les moyens dont dispose le mouvement, il est nécessaire de faire connaître largement les buts du pèlerinage.

Les J.T. du monde, l’opinion publique elle-même, doivent connaître le sens de cette démarche exceptionnelle à Rome.

A chaque J.O.C. de prévoir, dans un plan d’ensemble, les moyens à mettre en oeuvre dans ce sens : sessions, contacts, bulletins, presse, etc...


— Préparation spirituelle :

Nous veillerons tout particulièrement d'ici le pèlerinage à la préparation spirituelle non seulement des délégués mais de tous les J.T, et des amis de la J.O.C. Une véritable offensive de prières doit être engagée tant dans le mouvement qu’à l’extérieur.

Il y a lieu de-prévoir tout un plan de prières, de promesses, d'engagements des J.T. au sein du mouvement.

Il est à prévoir aussi certaines démarches auprès d'amis de la J.O.C., de communautés religieuses, etc.

— Préparation morale et financière

Ces deux aspects sont de grande importance pour une réussite effective du pèlerinage. Nous croyons qu'ils peuvent être intimement liés l’un à l’autre.

Ce sont les sacrifices consentis qui « feront » dès maintenant la valeur du pèlerinage. 

L'épargne est non seulement le moyen d’amasser les sommas nécessaires au pèlerinage, c'est encore un des meilleurs moyens concrets de commencer dès maintenant la préparation effective.

A côté des efforts financiers consentis personnellement par les J.T. nous devons aussi dès maintenant suggérer d’autres possibilités de rentrées financières : réalisations et campagnes diverses. Au plus tôt, un plan et le matériel adéquat devron être prévus dans le sens de cette préparation financière :

— systèmes et cartes d'épargne

— responsabilités à déterminer

— plan et matériel pour réalisations financières diverses : insignes, fleurettes, cartes-vues, etc.,

— initiatives locales aussi variée qu’intéressantes de campagnes financières, etc. 


— Préparation hiérarchique :

Etant donné le caractère « catholique » de notre pèlerinage nous aurons à coeur de prévenir dès que possible la Hiérarchie de nos pays

Les Evêques du monde entier doîvent être tenus au courent du sens et de l’ampleur du pèlerinage mais aussi des efforts fournis pour sa préparation.

Au cours de la période préparatoire il est à prévoir l’engagement de nos délégués et des J.T. de nos pays devant NN.SS. les Evêques.


— Préparation sociale et apostolique :

Comme dans toute action jociste des deux aspects ne peuvent se dissocier.

Toute l’action du mouvement dans les mois qui nous séparent de Rome doit viser à la préparation directe du pèlerinage.

par l’enquête religieuse qui sera déjà insérée si possible dans le programme de l’année 1955-56

Cette enquête sera l’occasion d’une découverte plus approfondie de la -situation des J.T. Ce sera aussi une nouvelle occasion de prendre conscience de toutes nos responsabilités apostoliques à leur égard.


par la constitution d’un « Livre d'or » de la JOC

reprenant tous les efforts fournis par les jeunes travailleurs dans leur vie de tous les jours en préparation du pèlerinage. Ce sera là une preuve tangible de la volonté inébranlable des J.T. de se dépasser au service du Christ et de la Jeunesse Travailleuse.

Ce « Livre d’or » pourrait être constitué dans le courant de l’année 1956-1957

Tous ces éléments de préparation — et encore d'autres laissés a l’initiative de chaque JOC nationale — seront repris dans un plan de préparation valant pour une période de deux ans à partir du début de l'année jociste 1955-56.

Il est indispensable d’y prévoir de façon précise :

— les étapes de préparation avec dates

— les moyens de préparation : matériel divers qui permettra la mise en route.


2. Organisation technique du pèlerinage.

Parallèlement aux efforts entrepris pour la préparation personnelle des J.T. et des délégués et pour la diffusion de l’idée du pèlerinage à travers tout le pays, il reste encore à prévoir dès le début de l’année jociste 1955-56 l’organisation « technique » du pèlerinage.

Comme déjà dit plus haut, sauf la journée commune, tout le reste du pèlerinage est à préparer et à organiser par délégations nationales.

Le voyage aller-retour comment s’effectuera-t-il ? Quel en sera le prix ? Quels sont les accords à prendre avec les agences de voyages, les compagnies aériennes, maritimes ou de chemin de fer ?

Les arrêts au cours du voyage : En Europe à certains lieux de pèlerinage ? En Italie : certaines villes méritent une attention particulière.


Le séjour à Rome

Il est à prévoir :

— l’hébergement

— les visites à faire

— l’horaire des journées avant ou (et) après la Journée Commune.

Toutes ces questions — et bien d'autres qui ont certainement été omises dans cette énumération trop rapide — doivent être étudiées au plus tôt.

Il est souhaitable de vouloir se faire aider pour cette préparation par des personnes du mouvement ou de l’extérieur qui possèdent une expérience en la matière : anciens jocistes, aumôniers, agences de voyages, etc...

(En annexe : quelques renseignements pratiques provenant des pèlerinages antérieurs de la JOC à Rome.)


3. Relations avec le Bureau International.

A/ Toutes les expériences déjà réalisées ou en cours pour la préparation générale sont reçues avec plaisir par le Secrétariat International qui pourra en faire bénéficier ainsi les autres JOC du monde.

B/ Les projets de programme et de séjour à Rome seront soumis à la commission internationale avant d'être définitivement arrêtés. De même il est souhaitable que toutes les démarches avec les milieux romains (hôtels, etc,..) se fassent par l’intermédiaire de la commission internationale.

De cette façon seulement une coordination sera possible dans l'intérêt de toutes les J.O.C. nationales.


IV. Préparation du pèlerinage au plan international.


Démarches à Rome

— Il est nécessaire (si ce n’est déjà fait) d’avertir les autorités ecclésiastiques au plus tôt de nos intentions précises. Avec leur accord, fixer définitivement la date (sur proposition du Bureau)

— Un contact est urgent avec certaines personnes établies à Rome qui pourront nous aider dans la préparation et la réalisation pratique.

Dans ce sens il serait indispensable de créer une espèce de « comité romain » du pèlerinage avec qui la commission internationale, serait en contact étroit d’ici Rome. 

— Au plus tôt, il semble nécessaire de rechercher à Rome (avec le « comité romain ») les possibilités de logement, de lieux de réunions, de manifestations, etc... 


« Commission internationale du pèlerinage. »

Il s’agit d’une « commission technique » qui prendra en charge la coordination de l’organisation technique de chaque J.O.C. nationale.

Cette commission serait en quelque sorte pour les J.O.C. nationales l’intermédiaire entre chacun d’elles d’une part et Rome et les autres JOC nationales d’autre part.

Ceci afin d’éviter le désordre lors du séjour à Rome et toute concurrence des hôteliers romains vis à vis des J.O.C.

Cette commission peut aider aussi le Secrétariat International pour toute aide technique dans la préparation du pèlerinage sur le plan international et vis à vis des JOC nationales.

Des noms ont déjà été cités au Bureau de Guéthary

— Maurice Foley

— Wim Pennings

— Jan Delbroeck (ou Mathieu Weltens)

D’autres personnes pourraient encore s’y ajouter. Cette commission devrait aussi comporter un (ou deux ?) délégué(s) du Bureau qui en serai(en)t responsable(s) devant le Bureau.

— Il est à noter que cette commission une fois terminé son travail de préparation pourrait faire office de « comité d’accueil » à Rome lors du pèlerinage, aidée en ceci par le « comité romain. » 


3. Préparation de la Journée Commune

L’ordre du jour a déjà été évoqué plusieurs fois

Matinée : Messe et audience du S.Père à St Pierre.

— Les pèlerins assisteraient à cette messe à toutes tes intentions du pèlerinage (voir plus haut)

— La Ste Messe et l’Audience pontificale auraient lieu dans St Pierre ou sur la place St Pierre.

— L’audience serait l'occasion de remettre au St Père le(s) Livre d’or réalisés au cours -de la préparation ainsi que le rapport de l'enquête sur la situation religieuse des J.T. dans le monde (la forme est à trouver)

— En temps voulu, accord doit être pris à ce sujet avec la Hiérarchie.


Soirée : Veillées dons différentes églises avant (ou après) une manifestation internationale.


Une proposition.

— Par délégation nationale on organise des veillées de prières dans différentes églises de la ville — toutes rapprochées le plus possible du Colisée.

Ces veillées de prières pourraient avoir lieu à l’intention de l’Eglise du Silence.

— A une heure déterminée les délégations rejoindraient un « cortège aux flambeaux » (torches) le Colisée où aurait lieu la manifestation internationale.

— Cette manifestation devrait faire ressortir les aspects « jeunes travailleurs » et « international » du pèlerinage.

Il devrait être évoqué les aspirations des J.T. dans les différentes régions et l’espoir de la JOC : en partant peut-être de la situation religieuse des J.T. et des efforts fournis par la J.O.C. et résumés dans le « Livre d’or ».

Il s’agirait de veiller à ce que cette manifestation ne soit pas trop longue -(1 heure ?) et soit extrêmement vivante : choeur parlé, « jeu » avec interventions de la foule et chants d’ensemble. 

Il ne faudrait pas négliger non plus l’apport folklorique des différents continents, ce qui ne peut que rendre le jeu plus vivant et expressif.

— L’organisation technique de cette journée peut être confiée à la « commission internationale » en collaboration avec le « comité romain »

— La « pensée » du jeu devrait être confiée à des personnes spécialisées travaillant en collaboration étroite avec un (ou deux) membre(s) du Bureau.

En ce qui concerne les spécialistes :

On peut songer par exemple au réalisateur de différentes manifestations de la JOC francaise et à l‘équipe spécialisée des Editions Ouvrières. Mr Heiko Kolt, réalisateur du Jeu du Congrès de 50 à Bruxelles et de nombreuses autres manifestations jocistes belges semble également tout indiqué.


Finances

Les frais occasionnés par la préparation et la réalisation du pèlerinage au plan international seront assez conséquents :

commission internationale
déplacements
réunions
frais d’administration.
comité romain
frais divers
Journée Commune
matériel
locations

— spécialistes.

et d’autres éléments impossibles à prévoir dès maintenant. Un budget devrait être établi dès que possible.

Ces frais devraient être couverts par un pourcentage à prélever sur le prix de tous les pèlerinages nationaux en accord avec les J.O.C. nationales.

Ce pourcentage devrait être calcule de façon à laisser

— une marge de garantie suffisamment grande pour les imprimés

— et en même temps prévoir une certaine rentrée financière pour la vie du Secrétariat International.


Relations avec les J.O.C. nationales

Après le bureau de juin, une circulaire devrait être envoyée au plus tôt à toutes les JOC nationales reprenant les principales idées- reprises au début de cette note (et d’autres aspects qui peuvent avoir été omis)

les buts précis du pèlerinage l’organisation


la préparation nationale

— l’aide à attendre de la JOC internationale.

— l’annonce du Conseil Mondial de la JOC qui suivra la pèlerinage et pour lequel des indications utiles leur parviendraient dès début 1956

En même temps que cette circulaire les JOC nationales recevraient les données nécessaires pour préparer dès octobre 1955 si elles le veulent, le lancement de l’enquête sur la situation religieuse des J.T.

SOURCE: Archives de la JOC Internationale

Comments