Quoi de neuf?


Cardijn rencontre le syndicaliste anglais Ben Tillett

publié le 11 août 2011 à 00:52 par Stefan Gigacz   [ mis à jour : 11 août 2011 à 01:45 ]

Ben Tillett
Il y a cent ans ce mois en août 1911, le jeune abbé Joseph Cardijn, qui enseignait encore le latin dans un petit séminaire à Basse Wavre en Belgique, faisait un voyage très formateur au Royaum Uni.

Là il a rencontré Lord Baden Powell fondateur du mouvement scoutiste. 

Mais l'homme qui impressionait le jeune Cardijn fut le dirigeant syndicaliste, socialiste chrétien et parlementaire, Ben Tillett (photo) avec qui il a passé de longues heures en dialogue.

Plus tard Cardijn écrira:

“Je n'oublierai jamais mon premier voyage en Angleterre. J'ai souvent dit que c'était ma meilleure retraite au début de mon sacerdoce.

J'étais logé au 'Beda College', annexe de l'€évêché de Salford, qui est le siège du diocèse catholique de Manchester. J'y mangeais avec les professeurs, avec l'évêque lui-même.

Du matin au soir, j'étais dans les fameux 'Wholesale', les entrepôts de toutes les coopératives d'Angleterre, où arrivaient le thé et tous les produits étrangers. J'y discutais avec les directeurs qui m'invitaient à dîner. Tous ces hommes étaient des protestants, mais d'un dévouement admirable.

J'allais aussi dans tous les milieux des différentes confessions anglaises : la Haute Eglise et la Basse Eglise, Ies Méthodistes, les Quakers, I'Arm€ée du Salut et aussi chez les Juifs. Je visitais toutes sortes d'institutions : les 'Workhouses,' les écoles professionnelles, l'YMCA...

Et à table, on m'interrogeait. Aucun de ces prêtres n'avait jamais eu de contact avec ces milieux. Ils étaient assez sid€érés de mon audace et de mon imprudence, surtout que j'avais l'air tellement jeune !

Je voyageai aussi à Liverpool, à Birmingham, pour me renseigner sur les institutions et les industries locales.

A Londres, ce fut pire encore. Je vécus littéralement quinze jours avec les chefs des syndicats, Ben Tillett et les autres. C'€était juste après la grande grève. J'assistai aux réunions et, ce qui me paraissait le plus essentiel, à leurs conférences religieuses aux ouvriers, dans les quartiers, à 'Hyde Park'. Plusieurs de ces propagandistes syndicaux étaient de fervents apôtres qui pensaient que, sans religion, le relèvement de la classe ouvrière était impossible. »


Au contraire de la Belgique où les syndicats furent dominés par de socialistes anti-cléricaux, Cardijn a trouvé que les syndicats anglais furent largement organisés par de socialistes chrétiens, y compris Tillett.

Après son retour en Belgique, Cardijn a écrit un rapport long et détaillé sur son voyage qu'il a publié en deux parties dans la Revue sociale catholique en novembre et décembre de cette année.

L'exemple de syndicats britanniques est devenu un modèle que Cardijn voulut émuler.

Lisez son rapport original ici.

Un traduction anglaise est également disponible ici.

1-1 of 1